Skip to content

Accueil > ARTICLES > Archives > AVEC LES SANS DROITS, CONTRE LE RACKET D’ÉTAT : NOTRE HISTOIRE, DE 1995 À (...)

AVEC LES SANS DROITS, CONTRE LE RACKET D’ÉTAT : NOTRE HISTOIRE, DE 1995 À AUJOURD’HUI

vendredi 13 janvier 2012, par droits devant

AVEC LES SANS DROITS

Droits devant !! naît en janvier 1995, lors de l’occupation par une cinquantaine de familles et célibataires sans logis d’un grand immeuble vide situé rue du Dragon, au coeur du Quartier latin. L’objectif de l’association ? Mener des actions concrètes avec les « sans droits » : sans logis donc, mais aussi sans emploi, sans ressources, sans protection sociale, sans papiers...

Le 8 avril 1995, à l’appel de Droits devant !!, une première manifestation « pour l’égalité des droits, contre la précarité et les exclusions », soutenue par une centaine d’associations et de syndicats, fait descendre dans la rue 30 000 personnes !

En décembre 1995, la voix des « sans » a du mal à émerger des grèves et des manifestations faisant suite au plan Juppé. Pour la faire entendre, nous occupons le Centre Pompidou puis lançons, le 20 décembre 1995, « l’Appel des sans », aux côtés des acteurs de ce que l’on nomme aujourd’hui le « mouvement social ». En janvier 1996, nous quittons enfin la rue du Dragon. La victoire est belle : les 136 occupants sont relogés.

Bon nombre de mal logés et sans logis étant sans-papiers, nous organisons en octobre 1995 deux journées de forum-débat autour de celles et ceux que l’on qualifie encore à l’époque de « clandestins ».

La première action de Droits devant !! concernant les sans-papiers a lieu dans la foulée : 250 personnes vont à l’Elysée porter à M. Chirac une lettre sur la situation des sans-papiers et les conséquences néfastes de la loi Pasqua. Nous envisageons de préparer une action d’envergure, prévue pour avril 1996.

Tout s’accélère ! Le 18 mars 1996, 300 sans-papiers s’en vont, seuls, occuper l’église Saint-Ambroise. Ils réclament leur régularisation. Quoique surpris, nous nous engageons dès le premier jour avec le Comité Des Sans Logis (CDSL) dans ce qui est le point de départ d’un combat essentiel.

Depuis, la lutte des sans-papiers s’est inscrite dans l’histoire des luttes sociales en France. Grâce à de nombreuses actions et manifestations, elle a conduit à la régularisation de centaines de milliers de personnes - dont plus de 80 000 en 1997, et plusieurs dizaines de milliers à la suite des grèves des travailleur(se)s sans papiers de 2008.

CONTRE LE RACKET D’ÉTAT

Depuis 2008, à l’appel de 48 associations, comités de sans-papiers, syndicats et partis politiques, nous menons une campagne pour dénoncer le racket et l’injustice fiscale que subissent les travailleur(se)s sans papiers.

En effet, une grande partie d’entre eux travaillent de manière déclarée et paient des cotisations sociales sans pouvoir bénéficier des prestations qui y sont attachées (allocation chômage, retraite...). Nous estimons que l’Etat français encaisse plusieurs centaines de millions d’euros par an sans jamais rien décaisser !

Par ailleurs, toutes et tous paient des impôts : sur le revenu pour les travailleur(se)s déclaré(e)s et sur la consommation via la TVA. Pourtant, l’Etat français les chasse et ne leur accorde aucun droit de citoyen.

Nous avons conduit des dizaines de manifestations et d’actions afin de sensibiliser l’administration et le gouvernement français, ainsi que les ambassades et consulats des pays d’origine des sans-papiers, aux problèmes rencontrés par ces travailleur(se)s. Ces mobilisations et ces rencontres officielles nous ont permis d’éviter de nombreuses expulsions, d’obtenir des régularisations et d’influer sur l’opinion publique.


PRÉSENTS SUR TOUS LES FRONTS
Aujourd’hui comme hier, nous prônons l’unité dans les luttes. Aux côtés d’autres organisations, nous avons ainsi soutenu le peuple palestinien (missions civiles, manifestations), le Mouvement des Sans Terre brésilien ou les zapatistes mexicains, participé aux Forums Sociaux Mondiaux, vaincu le redoutable Accord Multilatéral sur l’Investissement (1998)...


NOS RÉUNIONS ET PERMANENCES

  • Réunion d’information avec les sans-papiers venant pour la 1ère fois
    Tous les lundis à 14h30

Présentation collective de l’association, puis discussion individualisée.

  • Permanence d’accueil individuel
    Tous les mercredis de 14h30 à 18h

Remplissage d’une fiche d’information et adhésion (30 € l’année) pour les sans-papiers qui sont déjà venus le lundi.

  • Assemblée générale
    Tous les samedis à 15h

LE rendez-vous des militants, qui y parlent de l’actualité de la lutte.

  • Permanences juridiques en droit des étrangers
    Sur rendez-vous

Nous conseillons les étrangers en situation irrégulière qui rencontrent des difficultés dans leur démarche d’obtention d’un titre de séjour, ainsi que les étrangers en situation régulière qui veulent renouveler leur titre de séjour ou obtenir leur naturalisation.

  • Permanences consacrées aux droits sociaux
    Sur rendez-vous

Nous aidons les étrangers, qu’ils soient ou non en situation régulière, à accéder à leurs droits sociaux.


PROCÉDURE ANTI-EXPULSIONS
Dès que nous sommes informés de l’interpellation d’un de nos adhérents pour défaut de titre de séjour, nous intervenons pour lui venir en aide. Notre procédure s’avère très efficace : sur les centaines d’arrestations subies par nos militants ces dernières années, les expulsions se comptent sur les doigts d’une main !

LIRE AUSSI :

PAR VOTRE ADHESION, PAR VOS DONS, PAR VOTRE TEMPS,
AIDEZ-NOUS A CONTINUER LA LUTTE.

DROITS DEVANT !!
Adresse : 47, rue de Dantzig - 75015 PARIS (plan)
Métro : Porte de Versailles (ligne 12) ou Porte de Vanves (ligne 13)
Tramway : Georges Brassens (ligne 3a)
Tél/Fax : 01 42 50 79 92
E-mail : administrateur@droitsdevant.org

Documents joints