Skip to content

Accueil > ARTICLES > Archives > REPRESSION DES LUTTES : SUITE...

REPRESSION DES LUTTES : SUITE...

mardi 12 septembre 2006, par droits devant

COMMUNIQUE
8 septembre 06

J.C. Amara, porte parole de Droits devant !!, sera jugé le vendredi 15
septembre (10ème chambre du T.G.I.,palais de justice de Paris), sous
l’accusation de « Violences volontaires sur un dépositaire de
l’autorité
publique, aggravé en réunion », suite à l’occupation de l’ex musée des
colonies, le 13 avril 2006, avec plusieurs dizaines de sans papiers et
soutiens du squat de la rue Auguste Perret (locaux de l’ex SSAE).
Inscrit dans le principe intangible de non violence active durant ses
dix-sept années de lutte contre les exclusions et la précarité, pour
l’égalité des droits, Amara, comme tant d’autres acteurs des mouvements
sociaux, fait face à une accusation entachée de mensonges ayant pour
seul
objectif de pénaliser les « indociles ».
Qu’ils soient sans papiers, sans logis, sans emploi, jeunes des
banlieues,
étudiants, paysans, intermittents, militants associatifs ou
syndicaux...
Cette répression tous azimuts, trop souvent servie par une justice
d’abattage et d’exception, s’acharne à instiller la peur et
l’intimidation
envers celles et ceux combattant pour la justice et les libertés.
Répression, tout sécuritaire, stigmatisation, discriminations et leur
sinistre cortège de collaboration et de délation instaurent aujourd’hui
dans la société française un climat délétère, à forts relents
vichystes,
qui doit être combattu et vaincu par la persistance des acteurs de
luttes
à amplifier
la mobilisation autour de la désobéissance civique et du délit de
solidarité.
Que nos actions soient considérées comme illégales par des
gouvernements
en mal de reconnaissance importe peu, dés lors qu’elles s’inscrivent
sous
le sceau de la légitimité.
C’est ce à quoi nous continuerons, quoiqu’il en soit, à nous employer.

Droits devant !!

APPEL A SOUTIEN ET SOLIDARITE
VENDREDI 15 SEPTEMBRE 2006 A 13 H 30
PALAIS DE JUSTICE DE PARIS
7, BD DU PALAIS
10ème CHAMBRE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE