Skip to content

Accueil > ARTICLES > Archives > MANIFESTE EUROPEEN DES SANS PAPIERS

MANIFESTE EUROPEEN DES SANS PAPIERS

lundi 19 janvier 2004

MANIFESTE
VERS UNE CONVERGENCE DES LUTTES DES SANS PAPIERS,
REFUGIE(E)S ET MIGRANT(E)S EN EUROPE

Face à la construction d’une Europe forteresse niant les droits les plus fondamentaux des personnes immigrées ou réfugiées sur son territoire ( logement, soins, aide financière, travail payé, éducation, citoyenneté, liberté de circulation et d’installation…), il est apparu indispensable de construire une convergence des luttes des sans-droits. Partout en Europe, les victimes de la législation répressive européenne sont engagées dans des combats pour leurs droits essentiels et leur survie. La perspective d’un réseau transnational doit permettre de créer une force collective, autonome, transversale, menée par les acteurs et actrices eux-mêmes, capable de répondre aux défis économiques et politiques qui se dessinent à l’échelle européenne.

Le texte qui suit résulte d’une série de rencontres initiées au Camp NoBorder à Strasbourg en juillet 2002, des différents collectifs européens de Sans-Papiers, Réfugié(e)s et Migrant(e)s, réunis depuis à Leiden (PGA), Berlin (Caravantour), Bruxelles, Florence (FSE 2002), Londres(2003). Elargi à l’ensemble des associations présentes au dernier FSE de Paris-St-Denis, ce document vise notamment à servir de plate-forme commune de mobilisation pour la journée européenne d’action du 31 janvier 2004 adoptée à l’issue du Forum.

Les femmes, hommes et enfants Sans-Papiers, Réfugié(e)s et Migrant(e)s ne sont que le sommet visible d’un iceberg de précarisation s’étendant à l’ensemble des autres travailleurs.

Dans les pays industrialisés, les Sans-Papiers sont les premières victimes du capitalisme néo-libéral dans sa mise en place progressive d’une globalisation de la précarité et la détérioration des conditions de vie.

A la suite de l’exploitation politique, économique et militaire que les gouvernements et institutions des pays industrialisés imposent à nos pays d’origine, avec la complicité de certains gouvernements corrompus, des milliers de femmes, hommes et enfants sont obligés d’émigrer. Ceux d’entre nous qui quittons notre pays pour l’Europe sommes alors forcés de survivre dans des conditions des plus dégradantes ( exploitation au niveau du travail et des salaires, violences raciales et sexistes, pas d’accès à un logement décent, …).

Par conséquent, les Sans-Papiers, Migrant(e)s et Réfugié(e)s sont au cœur du combat politique contre la globalisation capitaliste et pour la construction d’une société respectant les droits en conformité avec la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Les femmes, parce que se sont elles qui assurent principalement par leur travail, la survie des familles , sont au premier rang de la lutte.

Nous, femmes, hommes et enfants Sans-Papiers, immigrés et réfugiés ainsi que toute personne concernée par les Droits de l’homme, sommes déterminés à renforcer et élargir, sur le long terme, la lutte contre la répression, les camps de rétention, l’exploitation, le sexisme, le racisme et toute discrimination, violence et esclavagisme.
Le développement de campagnes coordonnées, à l’exemple de cette journée européenne d’action du 31 janvier 2004, constitue un axe offensif pour atteindre cet objectif.

A l’échelle européenne, nous revendiquons :

* La liberté de circulation et d’installation.

* La fermeture immédiate des camps de rétention dans tous les pays européens

* L’arrêt des expulsions.

* Le droit à la citoyenneté et à la résidence permanente, dans tous les pays européens ainsi que l’égalité d’accès aux droits sociaux, culturels, économiques et politiques pour toutes et tous.

* L’application d’un véritable droit d’asile incluant la reconnaissance officielle comme persécution du viol et toutes formes de violence sexuelle.

* Le droit au travail basé sur les acquis sociaux des salariés des pays d’accueil, la fin de l’exploitation et du néo-esclavagisme.

* La régularisation inconditionnelle de tout(es) les Sans-Papiers.

* Pour les enfants ; le droit de vivre en famille, à l’éducation, à la santé ainsi que l’arrêt total des expulsions de mineurs et d’enfants non accompagnés.

Les signataires :Allemagne( Kein Mensch ist illegal Hanau, Kein Mensch ist illegal Goettingen, The Voice, The Caravan) Angleterre ( No One Is Illegal UK, Barbed Wire Britain, Kent Campaign to Defend Asylum Seekers, Crossroads Women’s Center) Belgique (Ambassade Universelle, Collectif anti-expulsions), Espagne ( Xarxa de Mobilitzacio Global, Federacio de Collectius d’Immigrantes a Catalunya, Papers per Tothom, Mujeres cuenten…) France (Droits devant ! !, Confédération Paysanne, DAL, AC !, Vamos) Italie (Confédérazione Cobas, Tavolo Migranti), Suisse (Coordination National des Sans-Papiers, Mouvement des Sans-Papiers,…)