Skip to content

Accueil > ARTICLES > Archives > POUR DES ETATS GENERAUX DE L’IMMIGRATION

POUR DES ETATS GENERAUX DE L’IMMIGRATION

vendredi 25 octobre 2002

Paris, le 24 octobre 2002

" Il y a trop longtemps que la question de l’immigration n’est pas mise en première place par les hommes politiques. "(M. Raffarin : 23 octobre 02)

POUR DES ETATS GENERAUX DE L’IMMIGRATION

Depuis plus de deux ans, Droits devant ! ! a mené nombre d’actions (Occupations de la Direction du Travail et de l’Emploi, du Ministère des Affaires Sociales, du Travail et de la Solidarité, de l’ex Maison des Colonies, de la Cité des sciences, de SODEXHO…) pour exiger notamment que le dossier des sans papiers cesse d’être la chasse gardée du seul ministère de l’Intérieur.

Les ministères, ministères délégués et secrétariats d’état, notamment Affaires sociales, travail et solidarité - Justice - Economie, finances et industrie - Ecologie et développement durable - Affaires étrangères - Intérieur devront être partie prenante d’un " Grenelle de l’immigration ", sous la tutelle de l’Elysée et de Matignon, avec les associations et les syndicats mobilisés sur la question et les collectifs de sans papiers.
Il s’agit en effet de faire émerger un débat national essentiel portant sur l’égalité d’accès aux droits fondamentaux (liberté de circuler et s’installer, citoyenneté, travail, logement, santé…), le déséquilibre toujours plus accentué des rapports Nord-Sud, les conséquences des colonisations, les raisons économiques et politiques de l’émigration, son apport dans la croissance des pays riches, la régularisation des sans papiers….

Le contrat d’intégration proposé par M. Fillon, même s’il permet de sortir la question de l’immigration du carcan du ministère de l’intérieur, est par trop réducteur et excluant, notamment les sans papiers, pour s’inscrire dans le combat pour le respect des droits, contre la précarité et les exclusions.

La méthode du gouvernement actuel, comme celui d’hier, qui consiste à agiter la matraque Sarkozy d’un bras et la carotte Fillon de l’autre, ne peut tenir sur la durée.

Le gouvernement Jospin a sombré par manque de courage pour n’avoir pas su, ou voulu, respecter ses engagements et provoquer un vaste débat national citoyen, sans cesse réclamé et toujours éludé, qui affronte les suspicions, les peurs et les fantasmes déformant les questions de l’immigration et des sans papiers.
.
C’est pourquoi Droits devant ! !, avec d’autres partenaires du mouvement social, se mobilise sur la durée pour exiger ce débat.

Après avoir été reçu conjointement par Les Affaires sociales et l’Intérieur, Droits devant ! ! a fait parvenir à l’Elysée et à Matignon une lettre circonstanciée pour la mise en place de ce Grenelle de l’immigration et des sans papiers.