Skip to content

Accueil > ARTICLES > Archives > APRES LA DECISION DU CONSEIL D’ETAT

APRES LA DECISION DU CONSEIL D’ETAT

mercredi 7 mars 2007, par droits devant

APRES LA DECISION DU CONSEIL D’ETAT
DU 15 FEVRIER :
INDIGESTION REPRESSIVE POUR SARKOZY

Le Conseil d’Etat a invalidé le 15 février un article majeur de la
circulaire Sarkozy du 29 décembre 06 qui avait pour objectif
d’amplifier
arbitrairement, au mépris de tout principe de droit, les expulsions de
sans papiers.
Cette décision a pour conséquence d’enrayer la machine à expulser les
sans
papiers, permettant à plusieurs milliers d’entre eux de devenir
inexpulsables et de rentrer ainsi dans une nouvelle catégorie de NI-NI
 :
Ni régularisables - Ni expulsables.
C’est un échec important pour Sarkozy qui voit là sa gloutonnerie
répressive fermement sanctionnée et sa quête de voix fascisantes en vue
des élections singulièrement amoindrie.
Cette décision est aussi pour le Conseil d’Etat une façon de se
racheter
de son refus d’invalider la circulaire Sarkozy du 21 février 06 « 
légalisant » les raflesde sans papiers.

Concernant ces rafles qui atteignent désormais la moyenne inégalée de 3
par semaine, les 95 organisations signataires de l’appel à une
régularisation globale de tous les sans papiers organisent samedi 17
février (demain) une nouvelle intervention dans le quartier Barbès, à
Château Rouge, terrain de chasse permanent de sans papiers.
La mobilisation se poursuivra ensuite samedi 17 après midi à la Mairie
de
Montreuil pour y interpeller Amadou Toumani Touré, président du Mali,
actuellement en France à l’occasion de l’indécente mascarade du sommet
France-Afrique. Cette interpellation sera centrée essentiellement sur
la
dénonciation des accords bilatéraux Mali-France dont l’une des
conséquences les plus néfastes concerne la délivrance permanente par le
Consulat du Mali à Paris de centaines de laissez-passer provoquant
l’expulsion des sans papiers originaires du Mali.
Le consulat du Mali vient ainsi de délivrer mardi 13 février à 15 H 00,
à
l’aéroport de Roissy, un laissez-passer qui a provoqué l’expulsion de
Sadio Diallo par le vol Air France (zélé collaborateur de la Sarkozy
and
co) de 16 H 40. Cette expulsion est d’autant plus intolérable que Sadio
venait de passer 31 jours en camp de rétention et que celle-ci devait
s’achever le mercredi 14 février à midi. Il ne lui restait donc plus
que
19 heures à purger avant de retrouver la liberté.
Le Consulat du Mali en a décidé autrement, brisant et humiliant une
vie,
affirmant ainsi sa complicité active avec notre ineffable et
gesticulant
ministre de l’intérieur.

POUR LA REGULARISATION GLOBALE DE TOUS LES SANS PAPIERS
CONTRE LES RAFLES

DEUX MOBILISATIONS SAMEDI 17 FEVRIER :

A 10 H 30 - METRO CHATEAU ROUGE (ligne 4)

A 14 H 00 - MAIRIE DE MONTREUIL (ligne 9)